Actualités Les Masters 2015

Le PSG remporte les Masters de Handball 2015

Le PSG remporte les Masters de Handball 2015
Laurent Théophile / Handnews
Laurent Théophile / Handnews

Par Handnews & Maxime Thomas

Le PSG Handball remporte le premier tournoi de la saison à Grenoble après avoir nettement dominé Chambéry (28-19). Auparavant, Aix-en-Provence a du batailler pour garder la troisième place dans la petite finale (31-29).

Cela devait être la première coupe remportée par le PSG. Certes ce n’est que Amical, certes les équipes sont entre deux étapes, physique et technique, de préparation. Toujours est-il que cela fait du bien de se voir à l’heure dans le programme. Toutefois Aix-en-Provence aura bien besoin de passer du temps dans ses bases avant de ressortir ses troupes, bien éprouvées par un tournoi qui ne lui aura pas souri.

LE JAPON, HÉROS INATTENDU

Le pays du soleil levant a en effet failli jouer une bien mauvaise blague au Pays d’Aix Université Club. Le début de match était des plus plaisant avec deux équipes faisant vivre la balle. Les ailiers aixois Loesch, Ong et Gérard remportent haut la main ce premier bras de fer, et pensaient sûrement faire de cette soirée un fleuve tranquille (13-6, 20e). La sortie sur blessure de Ole Erevik jette un froid, tellement le gardien Norvégien était un ravissement dans ses buts (9 arrêts en 18 minutes).

Coïncidence ou non, c’est à ce moment là que le Japon se fait de plus en plus pressant. Les Japonais avaient en réserve la hargne de Kairi Kochi, capitaine gaucher au bras foudroyant, qui ramène les siens avant la pause (18-12, MT), avant que commence le show Ryo Tanahara (10 buts) qui va mettre au supplice Isaias Guardiola, visiblement énervé de ne pas trouver la solution face à ce diable rouge. Résultat : un 9-0 qui permet au Japon de jouer la victoire (18-18, 38e). Marc Wiltberger prend bien le temps de secouer ses troupes, mais rien n’y fait, on passe dans l’impensable avec le Japon dominant au score les Provençaux (20-22, 42e).

La fin de match est tendue avec des mauvais gestes de la défense Aixoise et la hargne parfois limite des Japonais. Le Japon va cependant lever le pied une seconde, un instant qui permet à Jérôme Fernandez de faire parler son expérience (30-28, 58e). Le Japon aura tout de même enjoué la salle de Saint-Martin d’Hères, bien contente de ce scénario inattendu (31-29, SF). Marc Wiltberger n’était pas inquiet pour autant en zone mixte : « Au vue de la physionomie de la première mi-temps, on aurait pu penser que ça allait continuer et que ça allait dérouler dans ce sens là. Mais on est en période de préparation. […] On retiendra que même dans la difficulté, rejoins et dépassés, on a réussis à rebasculer pour gagner un match serré mais qui va nous servir »Coïncidence ou non, c’est à ce moment là que le Japon se fait de plus en plus pressant. Les Japonais avaient en réserve la hargne de Kairi Kochi, capitaine gaucher au bras foudroyant, qui ramène les siens avant la pause (18-12, MT), avant que commence le show Ryo Tanahara (10 buts) qui va mettre au supplice Isaias Guardiola, visiblement énervé de ne pas trouver la solution face à ce diable rouge. Résultat : un 9-0 qui permet au Japon de jouer la victoire (18-18, 38e). Marc Wiltberger prend bien le temps de secouer ses troupes, mais rien n’y fait, on passe dans l’impensable avec le Japon dominant au score les Provençaux (20-22, 42e).

Les statistiques

Japon : Masatake KIMURA (4 arrêts) ; Akihito KAI (3 arrêts) ; Tuki KUBO (8 arrêts) – Tanahara RYO(10) ; Nahohiro HAMAGUCHI ; Takayuki ICHITO (2) ; Kyosuke FUJIE (3) ; Kairi KOCHI (4) ; Takachi KATO (1) ; Jin WANATABE (2) ; Daïchi KOMURO  ; Hiroaki TAMAI  ; Kenya KASAHARA  ; Kento UEGAKI (1) ; Izuru ISHIKAWA (1) ; Hideaki CHIJIWA (2) ; Toshiya YAMADA  ; Hiroki TAMAI  ; Kohei NARITA ; Kiroki MOTOKI (3).

Aix-en-Provence : Ole Erevik(9 arrêts) ; Robin Cappelle (7 arrêts) – Yvan Gérard (2) ; Matthieu Ong (4) ; Iosu Goni Leoz (2) ; Sébastien Bossi ; Jérémie Courtois ; Jérôme Fernandez (5) ; Luc Tobie (5) ; Isaias Guardiola (1) ; Joan Andreu (3) ; Karl Konan (5) ; Gabriel Loesch (4), Joan Saubich.

LE PSG ÉTAIT TROP FORT

Si Mikkel Hansen, absent hier, était bien de retour, on ne pouvait que faire la moue en voyant les absents du match. Côté Parisien, Honrubia rejoignait l’infirmerie au côté de M’Tima, Melic, Accambray, Molgaard. Côté Chambéry, c’est Basic qui était préservé tout comme N’Guessan, Marescot, Paty tandis que Jao Silva est en arrivage du Brésil et que Malvyn Richardson fait des merveilles en Russie. Résultats : une base avant vidée au PSG et une base arrière en berne au CSH.

Les acteurs présent ne voulaient pas pour autant se préserver. Omeyer s’attendait hier à un match engagé, il le fut. Panic, auteur d’un mauvais geste payait cet engagement au prix fort : rouge direct après à peine 6 minutes. Un rouge que ressortiront les sœurs Bonaventura en seconde mi-temps pour Luc Abalo. Toujours est-il que la base arrière du CSH n’a alors plus que Bicanic pour tirer au loin. Le début de match voit les jets de sept mètres se multiplier, avec des fortunes diverses. Genty, Annonay et Omeyer s’illustrent ainsi par des arrêts sur ces face-à-face arrêtés. Mais à ce jeu là, Paris est bien plus fort. D’autant que malgré l’absence de ses ailiers, l’équipe Parisienne arrive à bien se projeter vers l’avant. Chambéry qui ne tir au but que sur quelques jeux rapides et aux ailes ne peut résister, d’autant que les tireurs ne sont pas des plus en verve contre un Thierry Omeyer des grands soirs (10/15 à 67%!). Le score à la mi-temps reflète la force défensive du PSG (5-15, MT).

Il faudra même attendre la 44e minutes pour voir les Savoyards marquer leur dixième but (10-22, 44e). Dix buts, c’est pourtant le nombre que va marquer à lui seul Matulic, qui aura été tirer dès que l’occasion se présentait. Comme Maxime Diot sortait en plus sa meilleure performance de la préparation, se prouvant qu’il pouvait stopper Hansen et consorts, Chambéry reprit du poil de la bête. De quoi réveiller le public, avant la fin de match (19-28, SF). Paris continue doucement sa montée en puissance comme le confie Nikola Karabatic : « On a pas mal de consigne à respecter, on l’a très bien fait aujourd’hui et beaucoup mieux que hier contre le Japon. On a beaucoup de chantier, mais on va y arriver. » Pour le CSH, on garde la tête froide par rapport à ce match face à un cador européen en mettant en avant les bons points comme le fait bien Maxime Diot : « Ce qu’on peut retenir de ce match c’est la deuxième période. C’est vraiment une bonne chose d’avoir pu relancer la machine surtout en attaque. Le plus important c’était de rentrer sur le terrain et de se faire plaisir, et je me suis fait plaisir en faisant des arrêts »

Les statistiques

PSG : Omeyer (10 arrêts) ; Annonay (6 arrêts) – Hansen (6) ; N. Karabatic (5) ; L. Karabatic (2) ; Vori (1) ; Onufryenko (4) ; Gunnarsson (3) ; Barachet (1) ; Abalo (2) ; Narcisse (4).

Chambéry : Genty (7 arrêts) ; Diot (9 arrêts) ; Aicardi – Traoré ; Feutrier (2) ; Detrez (1) ; Bicanic (1) ; Malfondet (3) ; Gille ; Matulic (10 buts) ; Panic ; Tritta (2) ; Paturel.

Par Handnews & Maxime Thomas

Comments are closed